Tests d'éligibilité à la Fibre
Eligibilité SFR TESTER
Eligibilité SFR TESTER
Eligibilité Fibre Bouygues TESTER
Eligibilité FTTH Free TESTER
Eligibilité RED SFR TESTER
Eligibilité Fibre Sosh TESTER
laure-de-la-raudiere
Le 21 janvier 2021 - Postez un commentaire

Ce n’était pas une grande surprise, mais Laure de la Raudière vient d’être confirmée pour prendre la présidence de l’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (Arcep).

La députée (Agir) d’Eure-et-Loir était candidate à la présidence de l’Arcep pour prendre la suite de Sébastien Soriano, président sortant qui avait passé cinq ans à la tête du régulateur des télécoms. En début d’année, Emmanuel Macron avait déjà envisagé de la nommer, sur proposition du Premier ministre.

Suite à ses auditions par la commission des affaires économiques du Sénat ce 20 janvier 2021 (et auprès de celle de l’Assemblée nationale une semaine auparavant), Laure de la Raudière vient de recevoir un avis favorable de la part des sénateurs et parlementaires, à 38 voix pour et 2 voix contre. « Cela m’honore et m’engage » a-t-elle affirmé.

Laure de la Raudière a détaillé son parcours lors de son audition ce mercredi, avec notamment 11 ans passés chez France Telecom (devenu Orange) il y a maintenant 20 ans. Cette expérience lui a permis selon elle « d’acquérir l’expertise nécessaire à la compréhension technique et opérationnelle du secteur des télécommunications. » Ses mandats locaux et de députée lui ont également apporté une expérience juridique et économique du secteur des télécoms.

Ses objectifs à la présidence de l’Arcep seront les suivantes, comme le rapporte l’Echo républicain : « Les priorités de la régulation reposent sur l’attention particulière à maintenir un environnement concurrentiel et innovant, à aménager le territoire, en apportant des solutions de régulation adaptées à la situation spécifique des zones rurales, comme cela a été fait dans le cadre du “New deal” et à développer une filière compétitive, tout en intégrant la réflexion plus récente sur l’empreinte environnementale du numérique. »

Postez un commentaire