Tests d'éligibilité à la Fibre
Eligibilité SFR TESTER
Eligibilité SFR TESTER
Eligibilité Fibre Bouygues TESTER
Eligibilité FTTH Free TESTER
Eligibilité RED SFR TESTER
Eligibilité Fibre Sosh TESTER
infranum
Le 17 avril 2020 - Postez un commentaire

Dans une interview réalisée pour le site Silicon, le président d’Infranum, Etienne Dugas, a tenu ces propos : « Sur le déploiement de la fibre, on a touché le fond de la piscine ».

La fédération InfraNum créée en 2012 pour accompagner le Plan France Très Haut Débit, regroupe plus de 200 entreprises et a pour objectif de soutenir l’aménagement numérique et le développement des usages sur les territoires.

Inquiète de l’arrêt total possible des déploiements de la fibre, elle demandait fin mars un soutien financier pour maintenir et faire redémarrer la filière, via la mise en place d’un plan de continuation des infrastructures numériques.

Mais le président d’InfraNum se veut un peu plus confiant désormais, et les dégâts ont pu être limités dans une certaine mesure.

« La bonne nouvelle, c’est qu’on a touché le fond de la piscine »

Ce sont les mots d’Etienne Dugas relayés par Silicon lors de son interview, à propos de la filière fibre. Le président d’InfraNum constate qu’après un mois de confinement, « l’activité du BTP au sens large se remet en marche », et dit ressentir les premiers « vrais » frémissements depuis la publication du guide de préconisations sanitaires qui met en place un certain nombre de mesures pour pouvoir exercer.

Etienne Dugas déplore toutefois une pénurie d’approvisionnement des équipements de protection individuelle (EPI).

Une circulaire a été envoyée à tous les préfets pour qu’ils coordonnent et poussent la réouverture des différents chantiers en les priorisant, une bonne nouvelle pour le président de la Fédération, tout comme l’ordonnance du 25 mars 2020 sur les réseaux mobiles et la maintenance des infrastructures.

Peut-on estimer les dégâts ?

« Il faudra des mois et des mois pour retrouver une activité nominale, c’est-à-dire équivalente à ce qu’on faisait avant la crise » selon Etienne Dugas, qui ajoute qu’avec la reprise des déploiements, il n’y a pas de risque à moyen terme.

L’objectif des 80% de locaux fibrés à 2022 dépendra selon lui de « la remontée de la pente », indiquant avoir « une avance significative » grâce aux 4,8 millions de prises construites l’année dernière. De plus, le gouvernement parle d’une « généralisation de la fibre » et non d’une couverture à 100%, ajoute-t-il.

Le président d’InfraNum pense enfin que la question de restructurer la filière de manière franco-française peut être posée, à l’heure où il y a « énormément de main-d’oeuvre étrangère » sur les chantiers.

Postez un commentaire