Tests d'éligibilité à la Fibre
Eligibilité SFR TESTER
Eligibilité SFR TESTER
Eligibilité Fibre Bouygues TESTER
Eligibilité FTTH Free TESTER
Eligibilité RED SFR TESTER
Eligibilité Fibre Sosh TESTER
fibre
Le 8 avril 2020 - Postez un commentaire

En ce contexte de crise sanitaire qui touche la majorité des secteurs et notamment celui de la fibre, l’Avicca propose aux opérateurs de nombreuses activités compatibles avec le confinement et le télétravail.

L’Avicca (Association des Villes et Collectivités pour les Communications électroniques et l’Audiovisuel) donne des conseils aux opérateurs pour se mettre à jour sur la fibre.

Le secteur des télécoms est en grande difficulté, surtout en ce qui concerne les intégrateurs et leurs sous-traitants selon l’association, avec des chantiers à l’arrêt ou ralentis. L’arrêt complet de l’activité aurait de lourdes conséquences humaines et financières comme l’a souligné la fédération InfraNum, et un redémarrage pourrait s’avérer très compliqué.

L’association souligne pourtant que l’activité n’a jamais été aussi forte avec l’explosion du besoin en communications électoniques et les services mobiles qui ont doublé. Pour rappel, le Plan France Très Haut Débit a pour objectif de couvrir tout le pays en fibre d’ici 2022.

Les activités proposées par l’Avicca

Voici les activités que l’Avicca propose aux opérateurs en cette période de confinement et de télétravail, pour ne pas recourir au chômage partiel et permettre à la filière fibre de repartir à la suite de la crise sanitaire :

  • Le nettoyage de l’IPE et mise à jour du SI : le fichier IPE (diffusion des informations du FTTH) comporte des erreurs comme des doublons ou des oublis, entraînant des problèmes (appréciation de la complétude, raccordement des clients). Ce nettoyage permettrait de reprendre les échecs de déploiements, de vérifier pourquoi certaines prises n’ont pas été déployées, et de voir s’il reste des adresses inéligibles parmi des zones éligibles.
  • Le mode STOC (Sous Traitance Opérateur Commercial) : une « purge » pour les réseaux déployés selon l’Avicca qui suggère que les opérateurs pourraient procéder à des formations comme apprendre ce qu’est un sous-traitant par exemple, mais encore « former les salariés et sous-traitants à l’ouverture des portes de PM : tutoriel simple, sous forme de QCM par exemple, avec des questions pièges, du style : faut-il ouvrir le PM avec la clef appropriée / un pied de biche /un tampon en fonte de chambre télécom ? ». L’association propose aussi aux opérateurs d’identifier « la chaîne de sous-traitance complète jusqu’à la personne qui effectuera concrètement le raccordement ». Un exercice qui pourrait être doublé de l’élaboration d’une règle déontologique : « ne pas payer cette personne jusqu’à 6 fois moins cher que ce que la collectivité paie pour une telle prestation ».

L’Avicca ne manque pas d’idées : rattrapage des études pour le déploiement, mettre à jour les bases sur les supports aériens, faire les démarches pour la pose des futurs NRO, mieux communiquer sur les déploiements à l’avenir, faire baisser les saisies du médiateur des télécoms, rendre les dossoers de rapport d’activité dans les délais prévus, élaborer des offres fibre à destination des entreprises…

Cette liste de recommandations de la part de l’Avicca ne cache pas vraiment l’agacement de la part de l’association face au recours au chômage partiel de la part de certains opérateurs.

Postez un commentaire