Tests d'éligibilité à la Fibre
Eligibilité SFR TESTER
Eligibilité SFR TESTER
Eligibilité Fibre Bouygues TESTER
Eligibilité FTTH Free TESTER
Eligibilité RED SFR TESTER
Eligibilité Fibre Sosh TESTER
Avicca
Le 20 décembre 2019 - Postez un commentaire

L’Avicca*, l’organisme fédérateur indépendant regroupant les collectivités engagées dans le numérique, a exprimé son mécontentement face à la décision du gouvernement de ne pas subventionner la fibre sur tout le territoire.

Le Sénat avait en effet voté il y a deux semaines pour une rallonge de 322 millions d’euros pour le Plan France Très Haut Débit. Cela dans l’objectif de déployer la fibre dans les zones moins denses (ZMD).

Une demande vivement soutenue par l’Avicca

L’Avicca soutenait la proposition de sénateurs de fournir davantage de fonds afin de fibrer les campagnes, mais cette proposition a été refusée par le Gouvernement, sans même qu’il y ait un débat.

Ces crédits supplémentaires n’entraînaient pas de dépense en plus sur le projet du budget 2020 selon l’Avicca, et permettaient d’aider les collectivités. L’association juge cette décision « détestable ».

Dans son communiqué, l’Avicca ajoute qu’en l’absence de subvention, le « Gouvernement hypothèque la réussite de ce chantier majeur de cohésion territoriale ». L’Etat sera responsable selon elle, de la relégation numérique d’une grande partie de la France qui ne pourra pas profiter du très haut débit, contrairement à la promesse faite par le Gouvernement : la fibre pour tous et partout d’ici 2025.

Les associations demandent une nouvelle consultation

Les 140 millions d’euros promis par le Gouvernement seraient trop faibles et injustifiés, « quand toutes les études prévoient au moins 600 millions ».

Les associations représentées au Comité de concertation du Plan France très haut débit ont par conséquent suspendu leur participation à la réunion prévue le 19 décembre, et demandent une nouvelle consultation sur un cahier des charges qui en reviendrait aux fondamentaux du Plan France THD.

L’Avicca rappelle enfin que sa solidarité envers les zones les plus fragiles de France ne se négocie pas, et attend du Gouvernement qu’il n’entérine pas une fracture numérique entre les concitoyens.

 

*Association des Villes et Collectivités pour les Communications électroniques et l’Audiovisuel

Postez un commentaire